Radicali.it - sito ufficiale di Radicali Italiani
Notizie Radicali, il giornale telematico di Radicali Italiani
cerca [dal 1999]


i testi dal 1955 al 1998

  RSS
dom 26 mag. 2024
[ cerca in archivio ] ARCHIVIO STORICO RADICALE
Archivio federalismo
Perrignon Judith, Liberation - 9 gennaio 1995
De Villiers: candidat anti-Maastricht.

PHILIPPE DE VILLIERS SE PRESENTE COMME LE CANDIDAT ANTI-MAASTRICHT, ANTI-CHOMAGE ET ANTI-CORRUPTION.

par Judith Perrignon

SOMMAIRE: Philippe de Villiers a annoncé, hier soir à 7 sur 7, qu'il sera candidat à l'élection présidentielle. Avec son programme en trois points - combattre l'Europe de Maastricht, le chômage et la corruption -, il n'exclut pas d'être présent au second tour. (Libération, 09-01-1995)

Philippe de Villiers ne doute de rien et surtout pas de lui-même. Comme prévu depuis son succès aux élections européennes de juin 1994, le ,voilà officiellement candidat à l'élection présidentielle, en dépit du risque de trop-plein à droite. Ses idées, juge-t-il, ne sont, pour l'heure, pas représentées. Ni par Jacques Chirac, premier candidat déclaré, sur lequel il s'interroge. Chirac? "Lequel? Celui de l'ultralibéralisme ou du travaillisme à la française? Les embardées de Jacques Chirac me donnent le tournis." Ni par Edouard Balladur, candidat qui ne devrait pas tarder à se déclarer. "Il fait du sur-place. Il a commis la grave erreur de la cohabitation. C'est une période de connivence. on a accepté les accords de Schengen, la monnaie unique, bref ce que François Mitterrand voulait. Il a gâché notre grande victoire de mars 1993."

»Mes idées sont majoritaires

En homme qui agit à l'intérieur de la majorité - ce qui le différencie du candidat Le Pen, a-t-il tenu à rappeler -, Philippe de Villiers se désistera au second tour pour ce qu'il croit "être de l'intérêt supérieur de la France et sans négociation", en clair le candidat de la majorité le mieux placé.

Mais c'est à un autre scénario qu'il rêve: "Il ne faut pas exclure l'hypothèse d'être au second tour. Il n'y a plus de gauche et donc plus de réflexe de vote utile et mes idées sont majoritaires", explique le député européen qui veut croire à de grandes "surprises".

Le président du mouvement pour la France entend donc resservir sa campagne européenne, qui lui a valu son succès. S'il est candidat, assure-t-il c'est "pour rendre aux Français leur souveraineté, leur rendre la liberté de garder leurs frontières, la liberté de garder nos emplois, la liberté de faire la loi chez nous. je ne veux pas que la France soit gouvernée à Francfort". Privé d'un Jacques Delors dont il avait fait sa cible favorite jusqu'à ce que ce dernier renonce à se présenter - "il a renoncé parce qu'il a vu que ses idées européennes n'étaient pas majoritaires en France", Villiers persiste à demander la révision du traité de Maastricht et la mise en place du droit de veto car, comme il dit, "une femme qui ne peut pas dire non n'est plus une femme libre".

Ami des femmes, Philippe de Villiers est aussi celui des "petits patrons" et des "smicards". Aux premiers, il propose de "les libérer des impôts qui les accablent", aux seconds, il promet de les protéger "de la délocalisation de leur usine en Asie". Il a même inventé "une machine à créer des emplois: supprimer en sept ans la taxe professionnelle et l'impôt sur le revenu, libérer le franc, libérer les PME de tous les carcans bureaucratiques, instaurer le salaire parental et créer le bon de liberté scolaire".

Aux exclus, très prisés en ce moment des candidats à la présidentielle, il suggère une recette, celle des "cercles d'inclusion: l'entreprise, l'école et la famille". Enfin Philippe de Villiers veut "conclure avec les Français un pacte d'honnêteté". La lutte contre la corruption, autre cheval de bataille, pourrait s'avérer rentable électoralement à un moment où les partis de la majorité, avec lesquels il a rompu toutes attaches, sont dans le collimateur de la justice.

Judith PERRIGNON

 
Argomenti correlati:
Liberation
maastricht
europessimismo
stampa questo documento invia questa pagina per mail