Radicali.it - sito ufficiale di Radicali Italiani
Notizie Radicali, il giornale telematico di Radicali Italiani
cerca [dal 1999]


i testi dal 1955 al 1998

  RSS
mar 23 apr. 2024
[ cerca in archivio ] ARCHIVIO STORICO RADICALE
Archivio federalismo
Kovalev Sergueï, Naudet Jean-Baptiste, Le Monde - 19 gennaio 1995
Portrait de Sergueï Kovalev.

SERGUEI KOVALEV, LA MAUVAISE CONSCIENCE

par Jean-Baptiste Naudet

SOMMAIRE: L'auteur brosse un portrait de Sergueï Kovalev, l'ex-dissident soviétique, ami d'Andreï Sakharov, devenu député à la Douma après la perestroïka, qui, suite à l'intervention de l'armée russe en Tchétchénie, s'est rendu à Grozny et n'a cessé, depuis, de pourfendre le choix de Boris Eltsine et de dénoncer les mensonges du pouvoir russe. (Le Monde, le 19 janvier 1995)

Il ne voulait pas parler »devant un troupeau de porcs . Il ne veut pas vivre »dans un pays dirigé par des ordures . »J'insiste sur ce mot (en russe: merzavtsy), ne le changez pas , a-t-il ajouté. Calme, doux et poli, Sergueï Kovalev, yeux bleus, limpides et décidés, sort pourtant rarement de ses gonds. Il est en train de devenir, pour Boris Eltsine, ce que son ami Andreï Sakharov fut à Mikhaïl Gorbatchev: sa mauvaise conscience. Mais, pour beaucoup de Russes, cet ancien dissident est aujourd'hui l'honneur d'une Russie embourbée dans la »sale guerre en Tchétchénie.

Des députés ont déjà proposé sa candidature pour le prix Nobel de la paix. Son compagnon de combat, Andreï Sakharov, avec qui il fonda, après 1975, le Comité pour la surveillance des accords de Helsinki, est mort. Alexandre Soljenitsyne, de retour d'exil, a certes grommelé qu'il ne fallait pas employer la force, mais tout en recommandant de traiter les Tchétchènes comme des »étrangers . Il manquait donc une voix pour éviter que le »bain de sang ne soit »recouvert par un énorme mensonge , »plus invraisemblable que ce que nous avons connu ici pendant soixante-dix ans , dira M. Kovalev. Il s'y connaît.

Petit, fluet, Sergueï Kovalev sera cette voix ferme, forte, claire. Lorsque, au début de janvier 1995, il revient de Grozny pour dénoncer, à Moscou, la politique russe en Tchétchénie, la salle est comble. On entend d'autant plus ce biologiste à la carrière brisée par la dissidence qu'il est le président du Comité pour les droits de l'homme, nommé par Boris Eltsine lui-même. C'est un »officiel que les médias d'Etat russes, menacés de censure, prennent un malin plaisir à citer.

Son témoignage est sans faute. Comme le souligne Andreï Sakharov dans ses Mémoires, c'est »un homme d'une honnêteté totale, d'une méticulosité qu'il a gardée de son travail scientifique . Cette méticulosité est d'ailleurs la source de retards chroniques, qu'il »comble en ne ménageant pas son temps, son repos , jusque dans le camp de travail, raconte Sakharov.

Russe, né en Ukraine le 2 mars 1930, ce biologiste, spécialiste des systèmes nerveux et de l'électro-physiologie, devient membre du groupe de recherche de biologie mathématique de l'université de Moscou. A ce titre, il contestera les travaux de Trofim Lyssenko, lequel, soutenu par Staline puis par Khrouchtchev, nie la génétique. Dès 1967, Sergueï Kovalev se met à défendre les droits de l'homme. Renvoyé de l'université pour avoir signé une pétition en faveur de dissidents, il est accueilli par un ami dans une station piscicole expérimentale de Moscou. "L'Archipel du goulag", le livre interdit de Soljenitsyne, lui vaut de nouveaux ennuis: Sergueï Kovalev écrit à Andropov, à l'époque chef du KGB, pour »exiger qu'on lui rende son exemplaire confisqué. La lettre n'arrivera pas. Mais la véritable »faute de Kovalev est d'avoir publié, depuis mai 1974, »des calomnies dans la Chronique des événements en cours, un samizdat relatant les poursuites contre les dissidents.

Il est arrêté le 27 décembre 1974. Sakharov se rend à son procès, discrètement organisé en décembre 1975 à Vilnius, en Lituanie. C'est le moment où Elena Bonner-Sakharov reçoit à Oslo le prix Nobel de la paix pour son mari, assigné à résidence. Au tribunal, Kovalev exige la présence de ses amis : »je ne parlerai pas devant un troupeau de porcs! Expulsé, il ne reviendra plus dans la salle, pas même pour la lecture du verdict: sept ans de camp et trois ans de relégation.

LIBERE PAR LA PERESTROIKA

La détention est très dure: Sergueï Kovalev perd toutes ses dents, subit une intervention chirurgicale qui se passera bien, peut-être grâce aux pressions de Jimmy Carter, auquel Sakharov a écrit. La répression s'abat aussi sur son fils, Ivan, et sur sa belle-fille, Tatiana Ossipova, membres du comité Helsinki: elle sera condamnée à cinq années d'exil intérieur; lui, à sept années d'emprisonnement et à cinq ans de relégation. Après sa libération, le KGB interdit à Sergueï Kovalev d'habiter Moscou, jusqu'en 1987.

La perestroïka le libère. En 1990, lors des premières élections »semi-libres , Sergueï Kovalev, devenu membre du mouvement Russie démocratique, est élu député. En octobre 1993, après avoir été nommé en février membre du conseil présidentiel, il apporte un »soutien critique à Boris Eltsine en lutte contre le Parlement. Certains - ceux qui font remonter la dérive autoritaire du président russe à cette date - le lui reprocheront. Il dénonce cependant les excès auxquels la police se livre après l'assaut contre le Parlement, à Moscou. On y fait déjà la chasse aux Caucasiens. Fin 1993, il est élu député de la nouvelle Douma sur les listes de Choix de la Russie, le parti de l'ancien premier ministre libéral Egor Gaïdar.

En décembre 1994, l'heure du choix sonne à nouveau pour ce maître de la dissidence. Il n'y a plus que deux partis en Russie: celui de la guerre ou celui de la paix. Il choisit la paix. Alors, dès l'entrée des chars russes en Tchétchénie, le 11 décembre, il réussit, malgré les embûches semées par le pouvoir (Le Monde du 21 décembre), à se rendre dans la capitale tchétchène, en compagnie d'autres députés de la Douma. Il reste trois semaines sous les bombes de son gouvernement. Il discute avec le pouvoir tchétchène, avec les prisonniers russes, clame, dans le vide, que Grozny est prêt à négocier. Bref, en s'exposant, il sauve non seulement l'honneur de la Russie mais peut-être aussi l'avenir des relations entre Tchétchènes et Russes. Quand il rentre à Moscou, c'est pour mieux se faire entendre, pour dénoncer »les menteurs et les ordures dont »s'est entouré Boris Eltsine, pour faire éclater »les mensonges du pouvoir qui »surpassent ceux des communistes et même de Goebbels .

Kovalev »exige une entrevue avec Boris Eltsine, pour le regarder »droit dans les yeux , sans autre résultat que d'irriter le maître du Kremlin. Ce dernier a préféré former une »commission provisoire pour les droits de l'homme , spécialement consacrée à la Tchétchénie et dirigée par un homonyme, Valentin Kovalev. Ce député communiste de la Douma, qui soutient l'intervention russe en Tchétchénie, sera même nommé quelques jours plus tard ministre de la justice. Sergueï Kovalev repart à Grozny alors que le deuxième assaut russe bat son plein. Parce que, dit-il, il a promis d'y être »jusqu'à la fin et que »les hommes doivent tenir leurs engagements .

 
Argomenti correlati:
Cecenia
autonomia
federalismo
stampa questo documento invia questa pagina per mail