Radicali.it - sito ufficiale di Radicali Italiani
Notizie Radicali, il giornale telematico di Radicali Italiani
cerca [dal 1999]


i testi dal 1955 al 1998

  RSS
dom 21 apr. 2024
[ cerca in archivio ] ARCHIVIO STORICO RADICALE
Archivio Partito radicale
Pannella Marco, G.U.C.E. - 19 luglio 1979
SITUATION DES REFUGIES DU SUD-EST ASIATIQUE. DECLARATIONS DU CONSEIL ET DE LA COMMISSION SUR LA SITUATION DES REFUGIES INDOCHINOIS.

SOMMAIRE: Parmi les 410 députés qui composaient le Parlement européen en 1979, seuls une trentaine sont présents dans l'hémicycle pour écouter les déclarations de la Commission et du Conseil et le débat relatif à la situation des réfugiés indonésiens et au conflit au Vietnam. Pannella intervient pour invoquer le réveil des consciences de ceux qui permettent la dépense de 400 milliards de dollars par an en armement alors que l'holocause des 50 millions de morts par la faim continue. C'est la honte de l'Europe, des consciences de tous et de chacun (1907-1979).

M.Pannella. - (I) Madame le Président, nous avons pris acte des déclarations et des communications qui nous ont été faites. Elles ont été faites, et la majorité a voulu qu'elles soient faites ainsi, à une heure à laquelle la majeure partie des parlementaires n'a pu entendre des documents et des rapports certainement importants. La majorité des députés présents en a décidé ainsi et que cela soit à votre honneur ou à votre charge: chacun en sera témoin. Le fait est que par la télévision française, qui est admise dans cette salle - la France sait - je ne sais pas si c'était vrai, Madame le Président que seulement trente députés, seulement trente parlementaires étaient en train de discuter du Vietnam. Voilà l'information que le peuple français a entendue. Remercions-en le président d'un certain groupe. Voilà l'information et voilà l'image qui a été donnée de notre Parlement. Image qui n'est pas fausse, par suite de l'initiative votée par les députés présents, qui en ont décidé justement ainsi ! De toute façon, M

adame le Président, sur un sujet aussi dramatique, je ne peux que me borner, humblement, à dire qu'en face des groupes de pression de ce Parlement et qu'en face de l'Europe, nous prenons acte de toutes les bonnes paroles, les bonnes intentions et les bons engagements. J'ai entendu les phrases si chaleureuses, passionnées du Président Faure. Eh bien, dans quelques mois nous jugerons. Nous souhaitons que tout cela soit vrai et qu'il y ait quelque chose de plus, Madame le Président. Nous souhaitons, nous sommes même certains, que personne ne veut spéculer pour des motifs, ignoblement de classe, sur une grande tragédie. Nous sommes certains qu'il n'en est pas ainsi. Je n'ai qu'un motif de perplexité, Madame le Président, en tant que non violent que je suis, en tant que radical, que pacifiste et en tant que démocrate de classe que je suis.

Lorsque j'entends ces interventions si attristées et écoute ces rires si distincts, je pense, Madame le Président, qu'à quelques heures d'avion d'ici, meurent tant et tant d'innoncents - des millions et des millions - de faim et de dénutrition. Et ce sont des dizaines de millions, chaque année, d'enfants, de femmes, de vieillards et d'hommes. A quelques heures d'avion d'ici, mais je ne sais pas à quelle distance de nos bonnes conscience, à bon marché, de chrétiens, de libéraux, de socialistes et même de nonviolents. Alors j'espère, en tant que laïc non croyant, que vraiment le miracle se produise, que les consciences des puissants insensibles à l'holocauste immonde des cinquante millions d'assassinés par la faim aient des sursauts car vos forces politiques veulent que l'on dépense quatre cents milliards de dollars par an pour des armes et chacun de ces dollars est une once de pain qui est retirée de la bouche de ceux qui sont assassinés. Je prie, bien que non croyant, pour qu'il soit vraiment possible que vo

s consciences politiques, pour que votrepouvoir, sauvent ces Vietnamiens, alors que vous ne faites rien pour que cette année - pendant l'année proclamée l'année internationale de l'enfant - ne soit pas ce - quelle est, l'année intemationale de l'assassinat de l'enfant pour des raisons de classe, pour des raisons d'insensibilité, pour des raisons qui sont et constituent la honte de notre Europe, ainsi que de nos consciences.

 
Argomenti correlati:
partito radicale
parlamento europeo
intervento
fame e sottosviluppo
armi
stampa questo documento invia questa pagina per mail