Radicali.it - sito ufficiale di Radicali Italiani
Notizie Radicali, il giornale telematico di Radicali Italiani
cerca [dal 1999]


i testi dal 1955 al 1998

  RSS
mer 29 mag. 2024
[ cerca in archivio ] ARCHIVIO STORICO RADICALE
Archivio Partito radicale
Pannella Marco - 29 marzo 1985
APOCALYPSE NO(W)
par Marco Pannella

SOMMAIRE: L'auteur décrit la situation tragique en Afrique à cause de la faim. Et il fait un appel aux chefs d'Etat et de gouvernement des pays de la Communauté européenne afin qu'ils agissent immédiatement pour éviter le pire.

(Le Soir 29/3/85)

Les dix chefs d'Etat et de gouvernement, qui se réunissent ce vendredi pour le Sommet européen de Bruxelles, se trouvent face à une responsabilité historique.

Il est désormais scientifiquement certain qu'en Afrique, nous serons confrontés dans moins de 100 jours à une catastrophe sans précédent pour l'humanité, pour la planète.

Les prévisions sont telles qu'on ne peut en imaginer pleinement les conséquences. Les cours d'eau du Sahel, le Niger, les deux Volta, le Sénégal, la Gambie, le Chari eux-mêmes sont sur le point de se tarir. Le lac Tchad - qui de ses 25.000 kmq de départ se trouve déjà réduit à 3.500 kmq - risque de disparaître quasi complètement. Non seulement la vie humaine, mais également la vie végétale et animale sont sur le point d'être supprimées. Si l'on essaie de procéder à des exodes, ils ne seront qu'holocauste et extermination. Lorsqu'enfin les pluies surviendront, les dimensions du désastre seront doublées. Ce que l'on pu sauver en vie potentielle sera emporté par les alluvions. Les régions où arriveront les survivants et où les habitants actuels vivent déjà dans la misère, seront des régions de frontière, mais le répit sera bref. Le triomphe du désert leur sera désormais proposé. Le triomphe du désert de la mort pèsera également sur notre conscience collective. L'humanité entière ne pourra pas ne pas voir ainsi

les limites nécessaires des valeurs de la vie et de la loi débordées. Limites nécessaires à toute la société et à chaque type de société.

Il est nécessaire que ceux qui, à Bruxelles, représentent et gouvernent l'Europe saissisent cette occasion ultime. L'annonce de la catastrophe a déjà été faite maintes fois, et en temps voulu. Qu'on l'écoute cette fois, et que l'on oeuvre en conséquence.

Il est en fait non seulement nécessaire, mais aussi possible de faire de ce moment, qui est déjà un moment d'agonie, celui de la Résurrection et du Salut. Il faut le vouloir. Le décider. Le tenter. De toute façon, l'on tranchera. Dans un sens ou dans l'autre: un décret de vie ou d'extermination.

Le "possible et nécessaire" sont bien connus. D'accord avec les Etats saheliens et les autres intéressés, le C.I.L.S.S., auxquels ils sont associés, l'on peut transporter immédiatement avec une "task force" internationale ce qui est nécessaire pour 'la survie active sur place' des populations et du cheptel de ces régions. Peut-être également pour le retour des populations qui sont en danger de mort dans les zones réservées aux réfugiés, déjà en état avancé de désertification. C'est ce que on a tenté de réaliser ces derniers mois au Burkina Faso, au Wali et au Niger.

Un système de rétention des eaux peut être mis au point. Un système de valorisation et de défense des oasis et des sources. Un système d'installations avancées, mais également des infrastructures de communications qui désenclavent ces régions. C'est là un des scénarios possibles, parmi d'autres, d'intervention. C'est seulement un problème de prise de conscience et de volonté politique, et rien d'autre. Nous conjurons tout le monde de se mobiliser en ces heures pour soutenir le Conseil européen dans la juste voie.

Le Manifeste-Appel signé par 94 Prix Nobel, la résolution 375/81 du Parlement européen, que le ministre des Relations extérieures français qualifia d'"historique" ont provoqué des campagnes et des actions vers cet objectif.

Une nouvelle loi italienne alloue presque un milliard de dollars pour une période de dix-huit mois, et ce en complètement à d'autres formes d'aide, précisement à cette fin, à savoir 'la réduction des taux de moralité pour le développement' et la défense des populations victimes d'une politique qui laisse triompher la faim, la soif, la misère et l'extermination.

Les décisions prises par le précédent Conseil de Dublin ne peuvent suffire. Et la cellule de crise pour l'Afrique au sein de la Commission ne dispose ni de moyens, ni d'objectifs adéquats.

Même les décisions prises tout récemment par l'O.N.U. à Genève risquent de se réveler tragiquement inadequates. Une aide essentiellement alimentare ne serait en effet - et nous le savons tous - qu'un simple sursis de quelques mois pour l'extermination et le prodrome d'un supplementaire. Elle ne servirait qu'à liberer les pays développés des excedents alimentaires et ruinerait davantage les pays à qui cette aide est destinée, même dans les zones qui ne seront pas encore directement atteintes par la catastrophe.

L'Assemblée et le Conseil de sécurité de l'O.N.U. doivent être immédiatement saisis. Le problème doit en effet être posé au niveau politique. Les dix (ou douze) pays de la Communauté peuvent et doivent le faire conjointement et individuellement.

La Communauté A.C.P.-C.E.E. de Lomé III, avec ses 65 pays d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et ses pays européens, ne peut pas ne pas être entièrement mobilisée et oeuvrer en ce sens. L'échec de Cancun doit être surmonte. Je demande aux eminentes personnalités à qui s'adresse cet article-appel de me pardonner ces expressions recurrentes: "Il est nécessaire... il faut..." Puissent la confiance avec laquelle je m'adresse à eux, et le fait d'avoir appris d'eux - ou de ceux qu'ils représentent - tout ce que je convertis aujourd'hui en une prière publique, m'absoudre. Que nos dix (ou douze) chefs d'Etat et de gouvernement aient confiance en eux et en leur conscience, ainsi qu'en leur peuple, dont le soutien dans cette tâche leur est assuré.

 
Argomenti correlati:
manifesto nobel
Le soir
europa
parlamento europeo
stampa questo documento invia questa pagina per mail