Radicali.it - sito ufficiale di Radicali Italiani
Notizie Radicali, il giornale telematico di Radicali Italiani
cerca [dal 1999]


i testi dal 1955 al 1998

  RSS
ven 12 lug. 2024
[ cerca in archivio ] ARCHIVIO STORICO RADICALE
Archivio Emma Bonino commissario UE
Agenzia Afp - 17 aprile 1995
LA PECHE RESERVE DES JOURS DIFFICILES A L'UNION EUROPEENNE
17 aprile 1995.

di Jean Louis DOUBLET

LA FLOTTE ESPAGNOLE A LA RECHERCHE DE NOUVELLES ZONES DE PECHE

18 aprile 1995

________

SOMMARIO. Si riportano qui di seguito, assieme, due agenzie di stampa AFP (la prima è, anzi, una corrispondenza) riferentisi ambedue alla questione dello scontro tra Spagna e Canada sul problema della pesca al largo di Terranova.

17 aprile 1995.

1) BRUXELLES La pêche réserve des jours difficiles à l'Union européenne, confrontée à la baisse des ressources en poisson dans ses propres eaux et à la nécessité d'aller pêcher dans les eaux internationales ou de pays tiers au risque de conflit comme celui qui vient de se régler avec le Canada.

Les négociations doivent reprendre le 24 avril avec le Maroc pour renouveler l'accord de pêche entre ce pays et l'Union européenne. Ra veut obtenir une réduction du nombre des navires communautaires, essentiellement espagnols, dans ses eaux pour protéger ses ressources halieutiques.

Plus de 700 navires espagnols pêchent dans les eaux marocaines et Madrid ne veut pas d'une réduction drastique alors que l'accord qui vient d'être conclu avec le Canada est déjà très mal accepté par les pêcheurs hispaniques. Ceux ci ne peuvent revenir dans les eaux communautaires soumises à des sévères totaux admissibles de capture (TAC).

"Nous ne devons pas ier que les prochaines années vont être difficiles. Le secteur de la pêche traverse une crise structurelle grave car il n'y a pas assez de poisson pour tous les pêcheurs. Nous devons le réorganiser pour parvenir à un meilleur équilibre entre les ressources et la flotte de pêche", a affirmé dimanche la Commissaire européenne à la pêche, Emma Bonino.

"Cela ne sera pas facile et coûteux en terme d'intervention financière et d'emplois. Mais si nous voulons sauver la pêche pour les prochaines générations, nous ons pas d'autre choix", a t elle ajouté.

En deux ans, l'UE a affronté plusieurs crises graves concernant la pêche. L'instauration temporaire de prix minimaux à l'importation de certains poissons à l'hiver 1993 94 avait calmé les manifestations violentes des pêcheurs français mais mécontenté les industries de transformation du poisson qui cherchent la matière première au meilleur prix.

Les négociations d'adhésion avec Oslo en mars 1994 ont longtemps buté sur l'accès des pêcheurs espagnols aux eaux norvégie avant que les Norvégiens ne se refusent à adhérer.

En décembre dernier, Madrid avait menacé de bloquer l'élargissement de l'UE à l'Autriche, la Finlande et la Suède avant d'obtenir pour les pêcheurs ibériques l'accès à certaines zones de pêche britanniques et irlandaises.

Enfin, le conflit sur la pêche au turbot (flétan noir) avec Ottawa vient de s'achever mais a placé l'UE et les Espagnols en position d'accusés et altéré les relations avec les Canadiens.

L'Espagne possède la première flotte de pêche de E et son intégration à la Politique commune de la Pêche (PCP) l'an prochain va augmenter le nombre de navires espagnols admis à pêcher dans les eaux communautaires.

Cela doit se traduire pour l'ensemble des pêcheurs des Etats membres de l'Union par des contrôles renforcés. Mais les Etats membres ont atténué les propositions de la Commission européenne qui prônait l'instauration rapide du contrôle des navires de pêche par satellite.

L'organisation écologiste Greenpeace a dénoncé, en plein conflit avec le da, les conséquences de l'activité des navires appartenant à des filiales sud américaines d'entreprises de pêche espagnoles au large du Chili et de l'Argentine.

L'UE ne possède pas d'accord de pêche avec Santiago et celui avec Buenos Aires a été signé mai 1994. Il prévoit l'accès aux eaux argentines pour 70 navires communautaires qui pourront pêcher des quantités fixées par avance.

En échange, l'UE accorde un soutien financier au secteur argentin de la pêche et réduit les droits de douane à l'importation roduits piscicoles argentins.

Mais ce sont précisément ces importations de pays tiers à des prix plus compétitifs qui suscitent l'ire des pêcheurs européens et font déplorer à certains Etats membres, comme la France, l'abandon de la "préférence communautaire".

MADRID, 18 avr (AFP) Une grande partie de la flotille espagnole pêchant le turbot dans les Grands Bancs de Terre Neuve envisage de se tourner vers la prise d'autres espèces dans l'Atlantique Nord, ainsi qu'au de l'Islande ou bien encore dans les eaux du Groënland, a t on appris mardi de sources concordantes.

Environ 20 des 38 chalutiers espagnols opérant au large des côtes canadiennes devront en effet quitter cette zone après l'accord entre l'Union Européenne et le Canada qui limite considérablement les prises de turbot.

Les armateurs espagnols ont rencontré lundi à Madrid le secrétaire d'Etat à la Pêche, José Loira, pour étudier les possibilités de remplacement de la pêche du turbot (flétan noir). Rien n'a e e été décidé et une nouvelle réunion aura lieu mercredi, a indiqué à l'AFP, le gérant de la coopérative d'armateurs de Vigo, José Ramon Fuertes, qui a assisté aux conversations de lundi.

Toutefois, l'administration et les pêcheurs ont retenu plusieurs zones qui feront l'objet d'études. Tout d'abord, les armateurs voudraient maintenir une partie de la flotille concernée dans les eaux de l'Organisation des Pêches de l'Atlantique du Nord ouest (OPANO). Une levée du moratoire sur les prises d'espèces comme le (poisson plat) serait ainsi envisageable, selon M. Fuertes, car les stocks se sont notablement reconstitués. La zone visée, a t il ajouté, se trouve à quelque 300 milles des côtes canadiennes.

Une seconde possibilité passerait par le retour de bateaux congélateurs espagnols dans les eaux du Groenland pour la pêche de raies, a précisé M. Fuertes. D'après lui, ce retour se ferait dans le cadre d'un accord global existant avec l'Union Européenne.

Dans le troisième cas, on pourrait faire de la prospection da es eaux internationales au sud de l'Islande pour la capture d'espèces comme le sébaste, un poisson voisin de la rascasse, a encore expliqué le responsable des armateurs.

Au ministère de l'Agriculture et de la Pêche, on a affirmé que l'administration s'est engagée à apporter un appui financier et scientifique aux pêcheurs souhaitant se tourner vers d'autres zones de travail.

Mais déjà, une partie des 20 bateaux congélateurs qui devront abandonner la pêche du turbot aurait décidé de s'associer à des socié mixtes, en Afrique ou Argentine, ont précisé des sources concordantes.

Toutefois, selon M. Fuertes, la société mixte semble être la dernière solution envisageable car elle entraine la perte d'emplois tant à bord des embarcations que sur terre. Pourtant, plus de 120 sociétés mixtes ont été constituées depuis la fin des années 70 grâce à des accords avec des pays riches en poisson. Les bateaux associés n'opérent plus sous pavillon espagnol.

Trois navires de la flotille des Grands Bancs de Terre Neuve finiro la casse et ses armateurs pourront ainsi bénéficier de subventions s'inscrivant dans le cadre d'un plan général de restructuration de la flotte espagnole de pêche, a t on souligné de mêmes sources.

Les 38 chalutiers espagnols qui se consacraient à la pêche au turbot faisaient vivre 8.000 personnes en Galice, région où ils sont basés. La plupart d'entre eux s'étaient dirigés vers les Grands Bancs de Terre Neuve à la fin des années 80 après avoir du quitter les eaux de la Namibie, suite à l'indépendance de pays.

 
Argomenti correlati:
commissario
unione europea
canada
agenzia
spagna
fletan
opano
tac
halibut
greenpeace
stampa questo documento invia questa pagina per mail